?

Log in

No account? Create an account

Forsythia contre la pluie

Il pleut aujourd'hui, alors pour contrebalancer, je mets une photo solaire !
Mais je ne pense pas que je vais continuer à poster car cette tendance de ce que je mets dans ce cadre à clignoter sans arrêt pendant que j'écris, voire à disparaître totalement pendant quelques secondes, m'horripile et m'inquiète. Avant, ça ne faisait jamais ce genre de chose.

myself, le retour

J'ai vu que kelet-coconut est de retour, ça me fait une tel plaisir que du coup je reviens aussi ! J'ai d'ailleurs la nette impression que ce n'est pas gagné, car le texte que je suis en train de taper saute et clignote frénétiquement. J'ose espérer que c'est la joie de me revoir, mais j'avoue que je suis un tantinet sceptique. J'aimerais bien mettre une photo, mais je vais attendre de voir si ce texte s'affiche correctement et je reviendrai à la charge. Ce petit journal a dormi pendant longtemps, il ne faut pas lui en demander trop d'un coup. Alors à plus tard.

Appel important pour Nolan

Je lance ce soir un appel important  à toutes les brodeuses, crocheteuses, tricoteuses, (et perleuses pourquoi pas) : Sophie a besoin de bonnets, foulards, bobs, casquettes et autres couvre-chefs pour son petit Nolan, deux ans et demi, atteint d'une leucémie lymphoblastique, qui commence dans quelques jours une chimio qui va bientôt lui faire perdre tous ses cheveux. Voici ce que j’en ai lu sur le blog d’une amie de Sophie, la maman de Nolan. Je reproduis quasi textuellement, avec mes excuses mais je ne veux pas attendre pour en parler, et comme il est tard j'ai un peu de mal à mettre tout cela en ordre, je préfère donc vous reproduire les messages tels que je les ai lus. Ils datent du 3 novembre. D’abord un extrait du message de Sophie :

(...)"on ne commencera la chimio que lundi dans 8 jours (...) J'aurais peut-être besoin de l'aide de copinaute, notamment couturière ou qui tricote... mais je ne sais pas trop comment demander ou organiser ça, et pas trop la tête non plus... Nolan va très vite perdre ses cheveux, je souhaite qu'il puisse se couvrir la tête (pour lui... l'hiver arrive, mais aussi pour les autres et les regards dérangeants). Je voudrais que pour lui, ça devienne un jeu de choisir le "couvre-chef" du jour, qu'il s'amuse à choisir celui qui lui plait et qui s'accordera avec son pull ou le pantalon qu'il mettra...)
Penses-tu que des personnes pourraient m'aider ? Je ne me sens pas la force de lui préparer des tas de bonnets, casquettes ou foulards, même si ça n'est pas grave, c'est quand même une étape du traitement pesante..."

L’amie ajoute :
« Nolan a un tour de tête environ 52 cm et une préférence pour Oui-oui. Alors si vous avez du coeur (ca c'est sur que vous en avez :-)), des chutes de tissus ou des pelotes de laine ainsi que du temps, seriez vous partante à relever ce défi?
Pour que Nolan reçoive des bonnets au compte goutte, l’envoi se fera directement chez elle. (comme des petits cadeaux qui arrivent de temps en temps)
Dans ce cas, contactez moi pour que je vous donne son adresse. Pour toute autre question, n'hésitez pas à me demander »

Voici donc les deux adresses par lesquelles vous arrivez sur le blog où vous aurez toutes les précisions nécessaires, plus des tutos pour différents chapeaux.

http://www.patriciagermain59.over-blog.com/

www.atelier-de-merida.com/

Et si, comme moi, vous n’êtes pas assez habile pour fabriquer un chapeau, un bonnet, etc., je pense qu'un petit mot gentil, une pensée, une prière, seront également bienvenus.
Merci d’avance.

PS : apparemment, des  pyjamas seraient également appréciés.

On cherche des poupées

Message important : si vous possédez de vieilles poupées abîmées dont vous ne savez plus quoi faire, surtout NE LES JETEZ PAS ! Contactez martine, sur http://amourdesmots.canalblog.com/, elle collectionne les poupées, et les adoptera avec joie. De plus,  si vous souhaitez les garder mais qu'elles soient en mauvais état, elle les restaure. Elle leur confectionne aussi des habits. Grâce à elle, j'ai appris que ce métier a pour nom  poupetière, c'est joli, non ? Bientôt elle consacrera un site à cette activité et vous pourrez y admirer des poupées de toutes sortes. En attendant, et même si vous ne vous intéressez pas aux poupées, allez donc musarder sur son site si vous aimez la tendresse, la poésie et les belles images ! Pour la prochaine fois j'essaierai de dénicher des histoires ou des poèmes sur des poupées, promis !

Omentie expose à Lyon


Très vite, je ferai plus tard un billet plus long, mais je veux signaler une exposition à ne pas manquer si vous habitez Lyon et ses environs :  l'artiste peintre Omentie, dont je vous rappelle le site car c'est un enchantement

http://omentie.unblog.fr/

exposera à Lyon du 26 octobre au 24 novembre (et non 31 octobre comme l'indique l'affiche, superbe au demeurant, que vous pouvez également admirer sur son site.

Allez y si vous voulez passer un moment exceptionnel dans un univers à la fois plein de puissance, de beauté et de profondeur.

 

Voici le lien vers le lieu qui a l'excellente idée d'accueillir cette artiste : le café associatif des Xanthines http://xanthines.hautetfort.com/


A bientôt

des couleurs pour nos songes


Me voilà de retour en haut débit, quelle joie ! Finalement je ne dois pas être si patiente que ça... Le corollaire (oops, je ne suis même pas sûre d'avoir écrit ce mot correctement !) moins plaisant c'est que je ne suis plus qu'à quelques jours de mon retour chez moi. D'un côté je suis contente de retrouver ma petite maison (dans la vallée, pas dans la prairie...ah, ah, ah !), mes chats et mes amies, d'un autre côté je m'éloigne de ma mère, mes soeurs et ma fille aînée et ça c'est DUR !  Cette semaine à la campagne a été délicieuse à tous les sens du terme : soleil, repos, visites à de la famille et des amis, promenades tranquilles au milieu des champs et de jardins merveilleusement fleuris, la découverte pour moi de deux vins rouges sublimes que je ne connaissais pas , le Costière de Nîmes et le Mâcon village, du velours parfumé tous les deux !
Et puis une rencontre, celle du photographe Richard Greneron, qui s'inspire de l'école picitorialiste. Je ne connaissais pas ce mouvement, né à la fin du 19e siècle en réaction à la standardisation des images photographiques entraînée par la mise au point de nouveaux appareils instantanés, plus petits et plus simples d'utilisation. Selon Charlotte DENOEL dans un article trouvé sur internet "ce mouvement s’est constitué autour de l’idée de faire entrer la photographie parmi les beaux-arts (...) de proposer une autre mise en image du réel, en privilégiant la sensibilité de l’artiste-photographe" . Art et sensibilité, des mots qui conviennent parfaitement à cette merveilleuse exposition si exactement baptisée "Songes colorés", qui se tient actuellement au musée Chintreuil de Pont de Vaux (Ain) : des photos de plantes, fleurs et paysages divers réalisées  à travers du verre dépoli en jouant sur les subtilités de la lumière plutôt que sur le sujet lui-même

Analyse des images

Un art nouveau : entre photographie et peinture

Explorant les genres artistiques traditionnels tels que le portrait, le paysage ou la vue d’architecture, les photographes pictorialistes s’attachèrent à mettre en avant la vision du sujet et à transformer le réel à l’aide d’artifices divers tels que flous, effets de clair-obscur ou cadrages tronqués, et de techniques sophistiquées de tirage autorisant l’intervention manuelle.

Figure de proue du pictorialisme français, Robert Demachy (1859-1936) obtenait des effets picturaux à l’aide des procédés dits pigmentaires, tels que la gomme bichromatée, comme le montre cette vue d’un bord de mer enneigé, datée de 1904 : à la manière des impressionnistes, le photographe s’est efforcé de créer une sorte d’atmosphère brumeuse en utilisant un grain épais et en jouant sur les différentes nuances de gris. Celles-ci permettent de distinguer l’un de l’autre les différents plans qui se succèdent en profondeur, du village entouré d’une espèce de flou à l’arrière-plan au rivage enneigé et maculé de traces noires occupant la plus grande partie de l’image.

Cette volonté de privilégier l’impression au détriment de la précision s’observe également dans cette vue du pont d’Ipswich prise à la même époque par le photographe américain Alvin Coburn (1882-1966). Il a recouru à un saisissant raccourci de cadrage : pris de la berge, son cliché donne à voir le pont dans toute sa hauteur mais coupé, et il n’a pas hésité à lui donner pour premier plan l’arche centrale du pont vue en contre-jour pour renforcer l’effet de masse. La force de cette photographie réside dans l’équilibre des contrastes entre les teintes claires du ciel et des pierres du pont et celles, foncées, des eaux du fleuve.

C’est également un effet de clair-obscur qu’a choisi Edward Steichen (1879-1973) pour représenter le « Flatiron » (« fer à repasser »), l’un des premiers gratte-ciel de New York, symbole par excellence de la puissance américaine. Datée de 1906, cette photographie porte en elle la plupart des germes de la modernité artistique : outre l’effet de contre-jour, qui relègue dans l’ombre les passants et les arbres situés au premier plan, le cadrage serré, coupant délibérément le sommet de l’édifice, et la brume qui l’entoure révèlent l’influence des recherches esthétiques de l’avant-garde américaine et européenne avec laquelle Steichen entretenait de fréquents contacts.


Interprétation

Une dimension internationale

Ces trois photographies illustrent bien la diversité du mouvement pictorialiste : européen à ses débuts, ce mouvement abritait en son sein des écoles très disparates, regroupées à l’échelle nationale autour de grands clubs d’amateurs tels que le « Linked Ring » de Londres ou le « Camera Club » de Paris. À partir de 1902, il acquit une dimension véritablement internationale avec l’arrivée des photographes américains sur le marché, et ce grâce à Alfred Stieglitz (1864-1946). Après un séjour en Europe durant lequel il prit part aux activités du « Camera Club » de Vienne, ce photographe parvint à s’imposer comme le chef de file de l’école pictorialiste aux États-Unis. Il fonda en 1902 avec Clarence White et Edward Steichen la « Photo-Secession », une association destinée à faire reconnaître la photographie comme un moyen d’expression artistique à part entière. Stieglitz créa également la revue Camera Work, dans laquelle furent publiées les trois photographies faisant l’objet de la présente étude, et la « Galerie 291 », sur la 5e Avenue, pour accueillir les expositions des photographes pictorialistes et des peintres et sculpteurs représentant l’avant-garde européenne, tels que Rodin, Matisse ou Picasso. Ces relais institutionnels et ces relations privilégiées avec les tenants de l’art moderne ont ainsi permis à la photographie d’acquérir le statut d’œuvre d’art à la veille de la Première Guerre mondiale, en revendiquant l’importance de la vision subjective.

. C'est un enchantement au vrai sens du terme, et les mots sont impuissants à rendre compte de la beauté, de l'étrangeté et de la puissance onirique de ces oeuvres, un véritable univers par lequel on se laisse envoûter avec bonheur. L'exposition  dure jusqu'au 29 novembre, Surtout, surtout si vous allez dans la région de Pont de Vaux (pour vous la situer, Mâcon, Villefranche sur Saône, Fleurville, Thoissey, Tournus sont tout proches) ne manquez pas ce voyage dans le rêve et l'imagination, la chatoyante beauté de ces compositions, l'harmonie de leur nuances, nourriront vos souvenirs pendant longtemps. J'ajoute au passage que ce n'est pas le seul trésor que m'a fait découvrir ce musée, c'est déjà lui, ou plutôt sa charmante et dynamique conservatrice Nelly Catherin, qui avait notamment entrepris de faire mieux connaître "l'écriturien" Jacques Le Roux, également originaire de la région.
J'arrête ici, sinon ce "billet" va vite devenir une liasse tant j'aurais de choses à vous partager. Mais j'y reviendrai ! En attendant, belle journée, ouvrez les yeux du coeur, je suis certaine que des cadeaux vous attendent, vous aussi, là où vous êtes.

Tags:

plumes

Avant de m'éclipser à la campagne, et donc de ne pas poster quoi que ce soit, pour une semaine, je voudrais vous communiquer deux sites (parmi d'autres, un moteur de recherche vous permettra d'en trouver davantage) consacré à un art très particulier et que je trouve magnifique : la peinture sur plumes. J'avais trouvé signalé sur un site la première artiste, Julie Thompson qui vit et exerce en Alaska, et dont vous pouvez admirer les oeuvres sur
http://www.chezmaya.com/cartesvirtuelles/peinture/plumes.htm
et puis en recherchant plus avant, j'ai découvert celui de David Mayet, un jurassien, qui en plus d'exemples de son art vous l'explique en image, ce qui est très intéressant

http://monjura.actifforum.com/les-artistes-jurassiens-f12/david-mayet-peintre-sur-plumes-t30.htm

Voici quelques images de plumes peintes de David. Pour Julie, si vous voulez en voir sans aller sur le site indiqué, rendez-vous sur ecriredeplaisir.canalblog.com.
Régalez vos yeux et que votre journée soit légère comme ces plumes magnifiques.
A dans une semaine.

 



une abeille au rendez vous

Un rendez-vous raté avec une amie aujourd'hui, on s'est manquée. Mais ça m'a donné l'occasion de me promener dans Paris près de mon ancien quartier, en retrouvant des noms de rue riches en souvenirs personnels mais des lieux qui ont tellement changé qu'ils en sont méconnaissables, de trouver des jolies cartes postales, un livre de contes par le formidable écrivain peul Amadou Hampâté Bâ et le livre que j'offrirai à ma soeur pour son anniversaire, et d'avoir la brève visite d'une abeille sur la manche de mon imperméable. Que faisait cette pauvre abeille toute seule à un arrêt de bus près de la Tour Montparnasse, mystère. Et elle n'est pas restée longtemps car elle n'a sûrement pas trouvé très goûteux le tissu de mon imper, malgré sa tentante couleur jaune. Vous le saviez, vous, que les insectes sont attirés par la couleur jaune ? On m'a dit que c'était pour cela que l'été, mon tuyau d'arrosage, qui est jaune vif, est littéralement couvert de mouches et de guêpes, ce qui ne me plaît franchement pas, ce sont deux espèces que je déteste. Mais bon, tant qu'elles ne viennent pas m'ennuyer dans la maison...les abeilles c'est autre chose, je ne les crains pas, et même je suis contente d'en voir  butiner dans mon jardin, mais depuis quelques années il n'y en avait pratiquement plus. Cette année elles sont un peu revenues, comme les papillons colorés qui avaient aussi disparu au profit des blancs et des noirs et blancs. Cela peut vous paraître des détails insignifiants, mais ce sont des signes graves du mauvais état de santé de notre planète, et je souhaite de tout coeur qu'on arrête de se dire que si des espèces animales disparaissent en nombre de plus en plus grand, cela n'a aucune importance. Quand on réalisera que ça en avait il sera trop tard, ce sera notre espèce à nous qui sera condamnée.

belles gens

Pas franchement le moral aujourd'hui, l'âme grise comme le temps. Mais tout de même, deux bonnes nouvelles à noter, d'abord la petite fille enlevée par son père et ramenée en Grèce il y a deux ans a retrouvé sa mère, et tout se passe bien entre les deux. Et puis une dame, non motorisée et qui, en plus,marchait avec des cannes, a légué par testament une petite somme à toutes les personnes qui l'avaient aidée pendant sa vie, guichetiers, commerçants, conducteurs de bus etc. Le notaire a mis un an et demi à retrouver tous ceux qui étaient notés, parfois simplement par leur prénom et leur profession. Ceux que la journaliste interrogeait se déclaraient reconnaissants, bien sûr mais étonnés voire un peu gênés car "on a simplement essayé de bien faire notre boulot". Moi, je crois que cela va plus loin, car objectivement le "boulot" d'un chauffeur de bus ou de car, par exemple, consiste uniquement à amener ses passagers à destination sains et saufs et à l'heure prévue, et certains prennent bien garde de ne pas en faire plus, voire à se moquer plus ou moins de l'exactitude, sans parler de la brusquerie avec laquelle ils conduisent.. J'habite la campagne et  ne suis pas non plus motorisée,  je peux vous dire que je fais la différence entre le chauffeur que ça ne gêne pas vraiment de passer avec 10 minutes, un quart d'heure de retard ou, au contraire, de partir cinq minutes à l'avance "parce qu'il n'y a personne à l'arrêt" et qu'il a décidé que 7h-5 valait 7h, ou de conduire avec brusquerie sans vraiment se soucier du confort de ses passagers, et celui qui va attendre un peu sachant que la personne se meut difficilement, qui va prendre soin de vérifier qu'elle soit assise avant de redémarrer, ou que l'enfant pas très solide sur ses jambes est complètement descendu et ne risque pas de tomber si le car redémarre, qui va descendre ouvrir la soute à bagages, car l'ouverture est souvent dure, ou tout simplement qui va être aimable ! En écrivant ces lignes je repense aussi à un livre de la série des "Le chat qui..." de Lilian Jackson Braun, dans lequel le héros, le journaliste Jim Qwilleran, rédige trois fois par semaine une chronique pour le journal local. Et l'une de ces chroniques porte sur "les personnes qui ont marqué votre vie". Lui c'était notamment une institutrice, à qui il devait sa passion des mots et sa rigueur dans son travail. Quand j'ai eu cinquante ans, j'ai fait ma liste, moi aussi, et j'ai envoyé une carte particulière à ceux dont j'avais l'adresse. Mais sans même chercher les personnes qui ont eu une influence décisive sur notre existence, cela réconcilie avec l'espère humaine de dresser de temps à autre une petite liste des personnes qui ont agrémenté votre journée ne serait-ce que par un sourire, une porte tenue pour que vous passiez, un mot gentil... ou leur beauté, leur sérénité, que vous avez pu admirer même si elles n'ont fait que passer sur le trottoir opposé au vôtre !




Janina et son Iris Bleu

Me revoilà, pour vous signaler le blog de Janina, où vous pourrez lire, avec autant de plaisir que moi je pense, les extraits de son tout premier livre publié, L'Iris Bleu. En voici l'adresse :
                                                                                       http://joeletjanina.canalblog.com

Allez-y, je suis sûre que vous aimerez. Surtout dites le lui ! Et si vous voulez acheter son livre, les renseignements utiles figurent sur son blog.
A bientôt.

Profile

fragilité, chaleur, beauté
jubil_granny
jubil_granny

Latest Month

mai 2010
S M T W T F S
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031